CRITIQUES – CARMEN

Carmen – Rôle titre

Opéra de Dijon, 2019

« Formidable Carmen que celle d’Antoinette Dennefeld, qui incarne idéalement son personnage, allant bien au-delà de la lecture un peu fade de la mise en scène. (…) Depuis son entrée (avec des pop-corns) jusqu’au paroxysme de sa révolte finale, le parcours est admirable. La voix, sonore, aisée dans l’aigu, a un bas medium et des graves ronds et solides. » Yvan Beuvard – Forum Opera

« Antoinette Dennefeld est une Carmen somptueuse. Sa prise de rôle est vraiment réussie. (…)
La mezzo française montre une belle personnalité en scène, et une voix charnue, puissante, expressive qui s’impose. Avec un bel air des cartes, très senti, très intense, et un dernier acte réussi (…). Un rôle se mûrit d’étape en étape, et c’est déjà une Carmen imposante, qui se taille un vrai triomphe mérité. » Guy Cherqui – Wanderer

« Diction de velours et sans afféteries, Antoinette Dennefeld a tout d’une Carmen. » Jean-Luc Clairet – ResMusica

« Antoinette Dennefeld est familière de Carmen. On se souvient de sa Mercédès, dans la production de Calixto Bieito, à l’Opéra-Bastille, en 2017. Après des figures mozartiennes abouties (Donna Elvira, Annio de La Clemenza di Tito, Dorabella, puis Cherubino), notre mezzo passe au premier rôle, confirmant sa progression vocale et dramatique. Une sensualité naturelle, qui s’exprime par un chant opulent, sans poitrinage ni gouaille. » Albert Dacheux – Classique News

« Antoinette Dennefeld a toutes les qualités requises pour interpréter le rôle-titre » Isabelle Truchon – Le Bien public

 » Antoinette Dennefeld qui, si elle connaissait la partition pour avoir déjà interprété Mercedes, endosse ici pour la première fois le rôle-titre. Avec sensualité et assurance, elle dépeint cette femme fatale aux tendances égoïstes, assumant ses choix et ses envies sans se préoccuper des conséquences. (…) La voix est ample, aux teintes ambrées, avec un beau médium, et servie par une prononciation exemplaire. La mezzo-soprano parvient à donner vie à cet avatar, cette Carmen aux allures de double opposé de Micaëla mais qui, finalement, la dépasse et échappe à tout(e touche) contrôle. » Elodie Martinez – Opera Online

 

crédits photographiques : © Gilles Abegg


Artistes :