Adèle Charvet – Revue de presse

Stabat Mater (Haydn)

Festival de Montpellier, 2019

« Adèle Charvet, dont la rondeur et la puissance font forte impression, nous émeut dans le Fac me vere (n°9) réalisant pleinement le « lagrimoso » indiqué par Haydn. Son duo final avec la soprano Florie Valiquette est parfait. » Yvan Beuvard – Forum Opéra

« Adèle Charvet, dès le « O quam tristis » nous ravit par sa sûreté, son ampleur lyrique et ses couleurs. » Albert Dacheux – Classiquenews

 

Concert de clôture de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence

Festival d’Aix-en-Provence, 2019

« Plus spectaculaire, le timbre profond et voluptueux d’Adèle Charvet sert tour à tour Dorabella ou Sesto, pour un « Parto, parto, ma tu ben mio » dont la colorature aussi nette que déliée, les épanchements gorgés d’harmoniques sachant faire place à des couleurs en demi-teintes et l’expression intense et prenante sont d’une grande ; elle l’enchaîne crânement à Zerline, dans un revirement serio/buffo défié avec succès. » L’Avant-scène Opéra

« La mezzo française Adèle Charvet s’empare d’une partition aux éclats et aux silences redoutables. Ses graves ambrés s’enroulent à la ligne concertante de son duo avec le cor de basset (SestoLa Clémence de Titus). Elle sera l’un des triomphes de la soirée. » Florence Lethurgez – Ôlyrix

« Adèle Charvet ligne de chant parfaite, séduisante dans son « Parto, parto, ma tu ben mio » de La Clémence de Titus  » Michel Egea – Destimed

 

Manon – Javotte

Opéra Comique, 2019

« L’on écoute avec délectation (…) le savoureux trio de grisettes formé par Olivia Doray, Adèle Charvet et Marion Lebègue. » Sophie Bourdais – Télérama

« On soulignera enfin (…) le luxueux trio Poussette-Javotte-Rosette des délicieuses Olivia Doray, Marion Lebègue et Adèle Charvet. » Steeve Boscardin – ResMusica

Opéra de Bordeaux, 2019

« Adèle Charvet (très appréciée dans cette salle avec Le Barbier de Séville) pose un grave opulent et souple » Paula Gaubert – Olyrix

« La sémillante Javotte de la mezzo Adèle Charvet » Vincent Guillemin – Resmusica

Il Barbiere di Siviglia – Rosina

Opéra de Bordeaux, 2019

« Adele Charvet est une Rosine idéale. Tour à tour garçon manqué et femme de poigne, elle sait jouer son rôle à merveille avec une voix dont les graves de velours nous enveloppent dans une ravissante pelisse d’une musicalité inégalable. » Pedro Octavio Diaz – Classique News

« Dans le rôle de Rosina, la svelte Adèle Charvet est vocalement voluptueuse. Son mezzo est souple et rond, joliment équilibré, et son visage radieux transmet la jouissance du jeu. L’air « Una voce poco fa » délivré avec une virtuosité inébranlable, est parsemé d’ornementations, mais aucune émotion ne semble feinte : ses colères et souffrances, son ennui et son désir, la surprise et la honte sont immédiats. Elle frétille de joie et transforme, dans la plainte, cet opéra-bouffe en opera seria. » Paula Gaubert – Olyrix

« Surtout Adèle Charvet, une fois lancée, met au service de Rosina un mezzo-soprano d’une rondeur réconfortante, aux ornementations sinon effrontées du moins assez audacieuses pour confirmer les espoirs placés dans cette jeune voix, lauréate de plusieurs concours, aux prises ici avec son premier grand rôle.  » Christophe Rizoud – Forum Opera

 

Idomeneo – Idamante

Salle Ravel de Levallois, 2018

« Adèle Charvet  possède, en revanche, l’exact profil d’Idamante, mezzo clair et velouté sur tout l’ambitus, d’une superbe fluidité dans le phrasé. » Mehdi Mahdavi – Opéra Magazine

 


Artistes :