Elodie Méchain – Press review

Die Zauberflöte – Zweite Dame

Opéra National de Paris, 2019

“Chiara Skerath, Julie Robard-Gendre et Élodie Méchain sont trois Dames de luxe, bien appareillées vocalement et synchronisées rythmiquement. La Première offre une voix pure et acidulée, une projection directe et un vibrato rapide. La Deuxième dispose d’un médium électrique à l’intense vibrato. La Troisième creuse la douce profondeur d’une contralto.” Damien Dutilleul – Olyrix

Les trois dames, dans l’ordre Chiara Skerath, Julie Robard-Gendre et Elodie Méchain, forment un trio de grande qualité, dont on apprécie l’heureuse complémentarité des voix. Espiègles et charmeuses, les femmes de main de la Reine de la Nuit amusent autant qu’elles n’impressionnent.” Quentin Laurens – Web théâtre

Rusalka – Troisième Nymphe

Opéra National de Paris, 2019

“Le trio des nymphes de l’acte 3 est remarquable : les voix charnues d’Emanuela Pascu, Andreaa Soare et Elodie Méchain se mêlent harmonieusement à la dentelle orchestrale de Suanna Mälkki.” Forum Opera

“Leurs parties {des trois nymphes} s’individualisent dans le dernier acte, présentant les trois voix du registre féminin : la soprano Andreea Soare frondeuse aux aigus et jeu en-dehors, la soprano Emanuela Pascu affinée et raffinée dans une partie mezzo, la contralto Élodie Méchain à la charpente et teinte vocale moirée.” Olyrix

 

Guillaume Tell – Hedwige

Monte Carlo & Théâtre des Champs-Elysées, 2015

« French contralto Elodie Méchain sang Guillaume Tell’s wife Hedwidge to absolute perfection » Michael Milenski – Opera Today

 

« le plateau est dominé dès le début par la puissance vocale et scénique du baryton Nicola Alaimo (Guillaume Tell) et du ténor Celso Albelo (Arnold) ainsi que par la voix si particulière de contralto d’Élodie Méchain (Hedwige, l’épouse de Guillaume Tell). » Anne-Laure Faubert – Bachtrack.com

 

« Tous les autres protagonistes sont néanmoins à citer pour leurs qualités vocales et dictionnelles, qu’il s’agisse de la profonde Hedwige d’Elodie Méchain » Catherine Scholler – Resmusica

 

« La contralto Élodie Méchain (Hedwige) et la jeune soprano Julia Novikova (Jemmy) galvanisent l’intensité dramatique des rôles féminins, notamment à l’acte IV dans un trio « Je rends à votre amour » d’une indicible beauté. » Jean-Luc Vannier – Musicologie.org

 

« L’excellente alto française Elodie Méchain joue avec élégance son épouse Hedwige » Channelriviera.com

 

« Avec son timbre chaud et corsé de contralto, Elodie Méchain est une Hedwige émouvante, surtout dans son trio final avec Mathilde et Jemmy. » Emmanuel Andrieu – Opéra Online

 

« Tell’s son Jemmy, Julia Novikova, timed the apple splitting scene perfectly and her soprano rang out with confident balm in the ensembles, and in duet with her mother Edwige, the deep-voiced contralto Elodie Méchain. » Stephen J. Mudge – Opera News

 

L’Enfant et les Sortilèges – La mère, la tasse, la libellule

Orchestre de Paris, 2015

« Côté femmes, si Julie Pasturaud et Elodie Méchain jouent avec bonheur la carte de l’humour » Clément Taillia – Forumopera

 

Lakmé – Mallika

Opéra Comique, 2014

« Élodie Méchain est époustouflante. » Nadine Duault – Altamusica

 

« Et dès le duo avec Malika – Elodie Méchain, parfaite d’attention, offrait en miroir le même exemple de beau chant – on savait que Sabine Devieilhe était absolument Lakmé. » Jean-Charles Hoffelé – Concertclassic

 

« Élodie Méchain complète avec art cette distribution homogène » Christian Merlin – Le Figaro

 

« la Mallika voluptueuse d’Elodie Méchain » Chantal Cazaux, L’Avant-Scène Opéra

 

Opéra de Lausanne, 2013

« Elodie Méchain, avec son timbre corsé et opulent, convainc dans le rôle de Mallika, notamment dans le duo du I, où la contralto française trouve des accents sensuels et abandonnés. » Emmanuel Andrieu – Classiqueinfo

 

« la Mallika au timbre joliment corsé d’Elodie Méchain. » Claudio Poloni – Concertonet

 

« Dans le très beau « Viens Mallika… », la mezzo-soprano Elodie Méchain s’accorde à merveille à Sabine Devieilhe. » Caroline Alexander – Webtheâtre

 

Pelléas et Mélisande – Geneviève

BBC Prom’s, 2012

« Elodie Méchain possesses a pure, ringing contralto, and her lyrical projection of Geneviève’s declamation was truly moving. » Claire Seymour – Opera Today

 

Opéra de Nancy, 2010

« Geneviève (…) campé(e) avec tact par Élodie Méchain, d’une belle voix ronde. » Jean Gallois, Opéra Magazine

 

« La Geneviève d’Elodie Méchain au timbre de cor anglais, égal sur toute la tessiture, réchauffe l’atmosphère glacée d’Allemonde par son humanité. » Elisabeth Bouillon – Forumopera

 

Béatrice et Bénédict – Ursule

Opéra Comique, 2010

« mais on ne retient vraiment de cette distribution qu’Elodie Méchain, confidente au beau timbre mordoré. » Nicolas Pierchon – Resmusica

 

« The singers, especially Christine Rice, Ailish Tynan, and Elodie Méchain, performed the often luscious moments -like Béatrice’s aria and the following trio in Act II – with distinction and charm » Richard Traubner – www.musicalcriticism.com

 

« La mezzo Élodie Méchain (Ursule) possède un timbre chaleureux et une bonne technique. Sa voix se mêle harmoniquement à celle de la soprano alors qu’elles chantent, côte à côte « Nuit paisible et Sereine », mélodie d’une grâce infinie. » Brigitte Cormier – Forumopera

 

« excellente Élodie Méchain » Didier van Moere – Concertonet

 

« Elodie Méchain, déjà remarquée dans la version de concert du Théâtre des Champs-Elysées, est une très belle Ursule. Le timbre est chaud, la projection des mots parfaite. » Philippe Houbert – Classiqueinfo

 

« (…) parfaitement idiomatiques, à l’image d’Élodie Méchain, dont l’Ursule se distingue en colorant d’ombre chaude les deux sommets de la partition. » Mehdi Mahdavi – Altamusica

 

Théâtre des Champs-Elysées, Orchestre National de France 2009

« Le timbre sombre d’Elodie Méchain est stupéfiant de rondeur et de puissance. » Maxime Kaprielian – Resmusica


Artists: